PRESENTATION DU SECTEUR DES FORETS

     La wilaya de Tlemcen couvre une superficie forestière de l’ordre de 225 000 ha composée de forêt, maquis et broussaille ajouter à cela une nappe alfatière d’une superficie de 154 000 ha.

Le taux de boisement de notre wilaya est de 24%. Comparativement au taux fixé mondialement qui est de 25% : nous pouvons dire que l’équilibre écologique de notre wilaya est plus au moins normal. Nos forêts nécessitent un aménagement forestier. Notre direction générale a passé une convention avec le bureau d’étude (BNEDER) pour des études d’aménagement pour l’ensemble des wilayas de notre pays. Des études d’aménagements forestiers sont lancés dans notre wilaya et sont en cours de finalisation.

Les peuplements forestiers se composent comme suit :

 

  • Pin d’Alep 83 000 ha
  • Chêne vert 82 000 ha
  • Thuya 16 500 ha
  • Genévrier 13 000 ha
  • Chêne liège   4 800 ha                  
  • Autres 25 700 ha(broussailles :lentisques,doum,oléastre)

Conservation de la biodiversité

En matière de protection et de préservation de la flore et de la faune, notre secteur des forêts a mis en place une politique nationale de préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité en vue d’un développement durable. Cet objectif est recherché à travers les missions suivantes qui consistent à inventorier et à classer :

– les sites naturels (parc national, réserves naturelles, réserves marines, etc….)

– les zones humides d’intérêt national et international

– les espèces animales et végétales rares, menacées ou en voie de disparitions.

– prévenir et lutter contre les incendies et les maladies de forêts

– suivre et appliquer les conventions et accords internationaux en matière de protection de la

   biodiversité.

Au niveau de notre wilaya, trois établissements publics à caractère administratifs comme aires protégées :

 

Ajouter à celà : Deux aires protégées classées selon convention Ramsar:

  1. Zone humide classée de Dayet El Ferd (2004) commune d’El Aricha
  2. Zone humide classée de Ghar Boumâaza (2003) commune de Terny

 

N.B : Deux zones humides en cours de classement :

          – les Grottes de Béni-Add                     commune de Aïn Fezza

          – le Bassin Versant de l’Oued Tafna     plusieurs communes.

 

A travers le territoire de la wilaya : 05 barrages sont localisés à travers ces espaces naturels considérés comme zones humides artificielles

  • Barrage Béni Bahdel 56 000 000 m3            Monts de Tlemcen
  • Barrage Meffrouch 13 000 000 m3               Monts de Tlemcen
  • Barrage Hammam Boughrara 177 000 000 m3                               Oued Tafna H/Boughrara
  • Barrage Izdihar (Oued Isser) 110 000 000 m3                                Sidi Abdelli – zone agricole
  • Barrage Sikkak (Oued Sikkak) 27 000 000 m3               Hennaya
  • Retenue collinaire de Magoura   1 000 000 m3               Zone steppique (Bouihi).

Problématique :

L’aire actuelle des différentes espèces de mammifères et d’oiseaux et leur densité résultent principalement de l’influence de l’homme sur le milieu environnant depuis des siècles. L’érosion, la désertification ainsi que les incendies et le défrichement ont réduit gravement la couverture ce qui constitue une lutte dans l’utilisation du pâturage naturel entre animaux domestiques et espèces sauvages, ce qui fait repousser ces dernières dans les zones inaccessibles et dépourvues de nourriture ajouter à cela l’accroissement démographique accompagné de la pratique de la chasse intensive et du braconnage.

Les aires de la plupart des ongulés sauvages sont réduites à de petits ilots dispersés dans les montagnes de l’Atlas Tellien, saharien et les hautes plaines.

En ce qui concerne les zones humides, de nombreuses menaces pèsent sur ces dernières et   continuent de les détruire à un rythme infernal en l’absence d’études d’impacts. L’homme par ses activités irréfléchies cherchant le profit immédiat cause d’énormes dégâts aux zones humides à savoir : le défrichement, les  pratiques agricoles, le pacage, le pompage de l’eau, la cueillette des œufs, déversant les eaux usées le long des oueds se localisant en amont des aires protégées.

Le patrimoine forestier est souvent exposé à des incendies répétés, coupes illicites, agressivité du pâturage.

De ce fait, l’aménagement des espaces constitue une préoccupation majeure en vue d’une utilisation rationnelle des terres et des ressources. Pour se faire, plusieurs stratégies et approches ont été mises au point, toutes adaptées aux conditions écologiques, économiques et sociales.